Fan de funk le mixFan de funk le live
podcasts live
emission en direct
Radio funk
 

Histoire des discothèques des années 1980 dans le Nord et le Pas-de-Calais

Vous recherchez un DJ confirmé pour l'animation de votre soirée années 80 (funk, disco, ambiance top 50, new-wave, pop, rock...)




Choisissez DJ Eric NC - En savoir plus

 
Lieux de fête, de rencontres, de partages... les clubs du Nord sont à l'honneur dans cette rubrique. Certains ont disparus, d'autres sont devenus des bars à thèmes ou ont été démolis pour laisser place à autre chose... En tout cas les clubs sélectionnés ici ont marqués les esprits de par la musique et le talent des DJs qui s'y sont produits.
Vous trouverez quelques interviews de DJs (Nestor, Thierry...) qui se sont produits dans les clubs ci-dessous. » Cliquez ici

C'est un "album souvenir" que je dédie à la mémoire de Jean-paul Denis, patron du club discothèque LE SUNSET à Divion et ami.
  SOMMAIRE DES ARTICLES :

Le Hit CLUB – Lapugnoy
Le Baron
– Barlin
Le Sunset – Divion
Le Club 16 – Bruay Labuissière
Le Malibu club – Béthune
Le Kursall – Béthune
La Péniche – Béthune
Le Réal – Bully Gernay
L'interdite – Billy Berclau
Le Fleury - Wavrechain sous Falux
Autres discothèques...
     
 
LE HIT CLUB – Lapugnoy LE HIT CLUB – Lapugnoy
Début 80, Joel Ponchel (dirigeant d’une entreprise spécialisée dans la démolition) crée le Hit Club, une discothèque construite sur le site de l'étang du Bois des Dames à Lapugnoy. Avec ses deux salles et sa capacité de pouvoir accueillir 800 personnes, le Hit Club devient la plus grosse boîte du bassin minier, un club référence en matière de disco & funk, et lieu incontournable pour tout nightclubber qui se respecte.

La discothèque est équipée d’un podium, c’est une innovation ! d’un light-show unique avec laser multi-couleur, une énorme boule à façettes, sans oublier la sono : une puissance gagnée par l’installation d’un « sound system » de marque Cerwin vega et Altec. La cabine est équipée d'une table de studio de marque Power. Le podium de verre est monté sur verins hydrauliques et conçu par l'ingénieux Michel ponchel.

Plusieurs DJs renommés se succèdent dans ce club mythique : Patrick T., Dan G., Chris Firman... Tous d’excellents mixers et animateurs. Par ailleurs, le hit s’offre les services d’un light-jockey (c’est l’une des premières boite en France à le faire).

Les soirées du samedi du hit club sont diffusées en live sur WRPL qui est une radio locale FM créée par le patron du club (les locaux de la radio ont été construits à coté de la discothèque et communiquent… par les toilettes !). En 1981, le Hit Club produit un 45 tours dont le titre disco est chanté par Patricia Perle mais c’est un échec commercial (il s’agissait d’une opération de marketing pour assurer la promotion de la discothèque). En revanche, les concerts de Delegation et de Boys town gang réunissent une foule monstre et près de 300 personnes se voient refuser l’entrée.

Concurrencé par de nombreuses discothèques et faisant l’objet d’une très mauvaise réputation (agressions, dégradations sur véhicules, vétusté de l’établissement et rumeurs absurdes), le hit club ferme ses portes fin 1987, mettant dans la foulée un terme à son vis-à-vis hertzien (WRPL était surnommée « la radio du Hit »).

Quelques anecdotes : j’ai rencontré beaucoup d’anciens clients qui ont vécu l’ambiance de folie de ce club, des débuts de soirées « spectaculaires » son et lumière  (décollage d’un vaisseau spatial). Patrick, le DJ, accoutré d’une « combinaison de cosmonaute » (comme dans les Bogdanoff dans l’émission Temps X), mixait dans une cabine complètement isolée et équipée d’une régie à la pointe de la technologie (3 Technics SL1200 MK2, table de mixage multipistes d’un mètre le large, machines à jingles, chambre d’écho et modificateur de voix, limiteurs et compresseurs et j’en passe…).
Les gens surnommaient le Hit club « l’usine », sa fréquentation provoquait de gigantesques files de voitures garées dans le Chemin du Bois des Dames et dans les rues longeant la voie ferrée. Du jamais vu à Lapugnoy !

Coté étang (accessible au personnel et aux visiteurs de la radio), on pouvait y voir un vautour dans une immense cage (assister à son repas était assez impressionnant). Parfois quelques spécimens d’une basse-cour rendaient visites inopportunes aux animateurs de la radio.
Pour son DJ, le patron du Hit avait fait l’acquisition d’une grosse voiture américaine repeinte à l’aérographe et logotypée avec des effets de flamme.

Un DJ black, fan de soul, funk et de Claude François… travaillait dans le style US (et c’était le seul dans la région à ne pas utiliser de micro) dans la « petite salle » (les dimanche, il n’était pas rare d’y voir des films et dessins animés érotiques projetés sur écran géant).

Ecouter les soirées du Hit Club avec DJ Patrick (archives personnelles ) :
K7 n°1 - 44 mn
K7 n°2 - 19 mn
K7 n°3 - 44 mn
K7 n°4 - 45 mn

LE BARON – Barlin

LE BARON – Barlin
Un logotype chouette, une discothèque de renom. Tenu par Thadé l’établissement ouvre dans les la années 70 en ant que dancing "Chez Annie" et ferme après plusieurs années d’activité pour devenir un restaurant-spectacle. Une idée vue aux Etats unis. Malheureusement le concept etait à l'époque trop innovateur et de plus peu abordable pour la région issue de mineurs. L’établissement conserve sa piste de danse et l’équipement son et lumière pour les dimanche « Thé dansant » réservés à une clientèle de seniors. Le restaurant ferme fin années 80s.

Plusieurs années s’écoulent, nous sommes en 1988 et le Baron ouvre de nouveau cette fois en tant que discothèque avec son décor existant sous la direction de Michel Ponchel (le fils du patron du hit club) et de Thierry, l’ancien DJ son associé. Le Baron possède un light-show unique, les lumières sont disposées sur une soucoupe, l'effet est saisissant ; à celà s'ajoute l'ancien Laser du hit avec une sortie extérieure qui permettait de voir le rayon vert à des kilomètres.

DJ Thierry assure un max tant au micro qu’en technique, il mixe à la perfection et mélange tous les styles de musiques en privilégiant le funk le dimanche soir pour le plaisir des connaisseurs (Lillo Thomas, Evelyn King, Melba Moore, etc…). Le dimanche soir au Baron c’est infernal ! La discothèque est très fréquentée ce qui arrange bien des affaires de nombreux commerçants bars et resto de la ville. Et comme à l’ordinaire pour la majorité des clubs situés en ville, de nombreuses plaintes sont déposées par le voisinage à cause du bruit. Les contrôles par les agents du commissariat local se multiplient autour de l’établissement, et les véhicules de la clientèle sont régulièrement verbalisés (et assez sévèrement d’après les gens, car le plus souvent ce sont de petites infractions).

Le Baron ferme ses portes fin 98, malgré son excellente réputation. Il faut noter que le Baron avait un excellent service d’ordre, et que les problèmes de drogue, de violence, de racisme et d’abus de consommation d’alcool n’existaient pas (j’ai souvenir que la direction de l’établissement était très vigilante sur ces points là).

Remerçiements à Thierry pour les infos et photographies.


LE SUNSET – Divion

LE SUNSET – Divion
Ancienne résidence transformée en club par Jean-Paul Denis. (ex DJ de sono mobiles et animateur de radio Alpha), ce club situé à Divion était réputé pour son ambiance chaleureuse et la qualité de ses soirées à thème.

Fin 88, c’est Nestor (ex DJ du Réal à Grenay) qui s’installe aux platines en succédant à DJ Michel. C’est une aubaine pour ce club en perte de vitesse et très concurrencé. Nestor mélange les styles, réalise des mixes à couper le souffle et assure une ambiance de folie pendant 7 ans. Distancé ensuite par de nouveaux clubs de grosse envergure (le Tremplin, Lagon blue, l’Atomic) le Sunset ferme ses portes en 1999.

Jean-Paul, le patron décède quelques mois après la fermeture dans un tragique accident de voiture.


Je remerçie Henry DENIS ainsi que sa femme, Marie et Sandra pour le prêt de ces photos et pour m'avoir autorisé la publication des images.

 
Le Club 16 – Bruay Labuissière   Le Club 16 – Bruay Labuissière
Située dans la « rue des escalier » rue piétonne Herman, au centre ville de Bruay Labuissière, le club 16 est la discothèque à la mode dans les années 80s. L’établissement, qui est un ancien cinéma, devient une discothèque à l’initiative de son repreneur M. Verchuren. Le club comporte un restaurant et plusieurs niveaux en dédale, ce qui donnera à la discothèque son surnom de labyrinthe.

Le club 16 ferme au milieu des années 80s et est repris successivement par de nouveaux gérants mais sans grand succès.

La discothèque renaît enfin avec l’Atomic – Explosive Dance Club. Cette fois le club compte un personnel compétent et la communication pour le lancement du club s’avère efficace (la police est obligée d’intervenir pour la circulation du centre ville lors de la soirée d’ouverture). L’Atomic devient vite la référence grâce son exceptionnel son et lumière, ses animations (gogo-dancers, drag queens) et la programmation efficace des DJs NiKKO (house, techno, dance) et Eric NC (R’N’B’, funk, dance). Malheureusement le club, ne disposant pas de l’autorisation pour une ouverture tardive (suite à des plaintes du voisinage), ferme ses portes plusieurs semaines après son ouverture.

L’établissement a été repris et en 2003, celui-ci a été complètement transformé en un club libertin qui porte le nom d’Abxara.
Le Malibu Club – Béthune Le Malibu Club – Béthune
Située à proximité de la gare (Avenue du Maréchal Juin), la discothèque « le Globe » est reprise en 1983 et devient le Malibu club. Le club à la particularité d’avoir un écran géant (ce qui n’était pas courant à l’époque) et plusieurs DJs se succèdent dont Bernard, animateur vedette de radio Artois 2000 qui remplace DJ Michel. Bernard organise une soirée mémorable rediffusée sur Artois 2000 et y invite plusieurs animateurs de la radio dont ceux de l’émission Night Club (Eric NC et Nestor), ainsi que Dan G, et d’autres amis. La soirée est un succès et booste la réputation du club.

En ce qui me concerne, je remplace Bernard (merci à lui de m’avoir permis d’y faire mes débuts) le mois de juillet pendant ses congés.

La discothèque ferme en 85 faute de repreneur (décés du patron qui était celui également de LaColombière). Ce club devient quelques années plus tard un Piano bar avec restaurant qui jouit d’une excellente réputation (Le SAXO). Finalement le club est repris par un nouveau propriétaire et devient le Stunt Bar.Actuellement ce lieu est un restaurant - brasserie La Grange SARL.
LE KURSALL – Béthune..

LE KURSALL – Béthune..
Le Kursall est une immense salle en centre ville. Dans les années 60 c’est un bal réputé pour son ambiance. En1986, l’établissement est transformé en boîte de nuit à l’initiative de Dan G, animateur radio et DJ réputé (champion de France des disc-jockeys).

C’est la mode de l’italo disco et de l’electrofunk. Les soirées du samedi sont retransmises sur radio Artois 2000. La discothèque ferme approximativement fin 1987 et devient une salle de billard. Vers la fin des années 90, un nouveau propriétaire transforme l’établissement en bar à thème : l’Antique café.

LA PENICHE – Béthune (Quartier Catorive) LA PENICHE – Béthune (Quartier Catorive)
Ancrée à proximité du port fluvial, dans le quartier de Catorive, la péniche créée par Jacky (créateur du restaurant La Taverne) au début des années 80s, devient un club très fermé et sélect. William est aux platines, succédé par Phil W (ex DJ de la Colombière). Le club change de nom et devient le PANAMA Club ; de nouveaux gérants se succèdent dont René. La boîte a des difficultés et pourtant à elle un bon DJ fou de funk : Samir.

Dans les années 90s, le club change de propriétaires avec Martine et Bruno ; on y retrouve d’autres DJs Marco... pour la semaine et Eric NC le week-end. La Péniche ferme définitivement fin 90, la direction préférant ouvrir une autre péniche plus grande à Saint-Omer.
Le REAL – Grenay Le REAL – Grenay
Près de Bully-les mines, au lieu dit Grenay, à quelques pas de la gare, ouvre un nouveau club. Son patron, Johnny, qui est d’origine anglaise, lui donne le nom d’un club de foot espagnol dont il est un fervent supporter : le Réal (Madrid). La boîte comporte plusieurs salles dont une est réservée à la restauration de touristes anglais.

Jacques est l’un des premiers DJs du Club, il travaillera quelques années plus tard dans un autre club le Fog & Light à Hénin-Beaumont. Nestor prend les platines en 87 avec Larry (l’ancien DJ de la sono mobile White Fox). D’autres DJs (dont Johnny de Belgique, Eric NC, Patrice…) prendront la relève dans cette discothèque. Le Réal devient une boîte techno fin 90.

autres clubs  

Autres discothèques de la région des années 80s :
Le relais de la diligence (Hesdigneul lez Béthune)
La Colombière (ex Quo Vadis, devenue Le Sphinx et le Saint-Louis, Chocques)
Les Catherinettes (Saint Pol sur Ternoise)
La Chaumière (Lillers), Le Tilbury (Sailly sur la lis)
L’Autollywood (Maroeuil)
Le Fog & Light (Hénin Beaumont)
Le Best (Dourges)
Le Gaity (Lens)
L’interdite (Billy Berclau)
La Grange (Lestrem).

Chris Firman   Chris Firman, Le News Discothèque (Aubers – 59)
DJ du News (Aubers) en 1985, une série funk avec une sélection de derrière les fagots (Best of).

(A venir)
 
Nicolas, Le Relais de la diligence   Nicolas, Le Relais de la diligence (Hesdigneul – 62)
Voici une partie d'une soirée endiablée et retransmise sur radio Artois 2000 en 1983, animée à cette occasion par Nicolas (DJ de la Colombière Chocques – 62). (A venir)
     
« RETOUR SOMMAIRE ANNEES 80


Autres clubs

Americans's club le 555 calais acropole choques
     
Americans's club
VRED
Le 555
Calais
L'Acrople
Choques
     
ascot arras catherinette Cocktail Club bruay
     
L'Ascot
Arras
Catherinettes
Saint Micherl sur Ternoise
Cocktail Club
Bruay
     
fog and light henin beaumont le chatham le touquet  
     
Le Fog & Light
Henin-Beautmont
Le Chatham
Le Touquet
 
     
le garden le touquet le jackson baisieux Le Manchester loss en gohelle
     
Le Garden
Le Touquetx
Le Jackson
Baisieux Quievrain
Le Manchester
Loos en Gohëlle
     
le space cambrai le palace calais le best dourges
     
Le Space
Bourlon Cambrai
Le Palace L'alexandra
Calais
Le Best
Dourges
     
le space cambrai cosmos discomobile  
     
Le Zodiac
Laires
Cosmos discomobile
Catillon
 



Ajouter ce site à votre réseau
ou à votre site préféré de partage
de marque-page.









 
Partenaires
 
sofresh80
 
 

Partagez ce lien à vos sites funk , blogs et réseau...